Aller à la recherche

15 juin 2017

Communiqué : Soutien à Patrick Jimena dans la 6ème circonscription

Le collectif « Non à Val Tolosa » a toujours été attentif à respecter, par une stricte neutralité, la diversité des opinions politiques de la population, en général, et de ses adhérents, en particulier.

Exceptionnellement, la situation qui se présente à nous, dimanche 18 juin 2017, pour le second tour des législatives sur la 6ème circonscription de Haute-Garonne, nous oblige à déroger à cette règle.

Les deux candidats, qui s’affrontent, représentent exactement le combat que nous menons depuis plus de dix ans.

D’un côté, une candidate qui ne manque pas une occasion, ni un moyen, pour soutenir le projet de centre commercial Val Tolosa. Rappelons que la loi Macron, qu’elle soutient, a considérablement affaibli nos moyens de résistance. Rappelons également que le porte-parole du mouvement En Marche, qu’elle représente, était récemment responsable de la communication du groupe Unibail-Rodamco.
La réélection de la députée sortante, convertie au macronisme, serait assurément une catastrophe pour notre combat.

Face à elle, dimanche prochain, un candidat qui a toujours, activement et ouvertement, agi et soutenu notre action.

Le bureau du collectif "Non à Val Tolosa" appelle à voter Patrick Jimena. Nous sommes persuadés qu’il agira et soutiendra notre cause, comme il le faisait au département.

Lire la suite...

30 mai 2017

Val-Tolosa : le rejet de l'implantation du cinéma marque un nouveau frein au projet

Pour Paris, c'est non. Après examen, la commission nationale d'aménagement cinématographique a refusé de donner son accord pour l'implantation d'un mega-cinéma, à Val-Tolosa.

Or ce cinéma - 11 salles pour 2 300 places - était l'argument qui avait "débloqué" l'épineux dossier du centre commercial Val-Tolosa, à Plaisance-du-Touch. Depuis plus de dix ans, ce projet divise. En mars 2016, le bonus "culture" apporté au dossier (composé d'un cinéma et d'une médiathèque) convint le conseil départemental de la pertinence du projet. L'institution cède alors les routes et autorise la commune à engager des travaux de construction de nouvelles routes.

En parallèle, après l'annonce de la création de ce complexe cinématographique, Écran 7 - association qui gère un cinéma à Plaisance-du-Touch et craignant que l'implantation d'un méga cinéma à proximité perturbe sévèrement son activité - dépose un recours auprès de la commission nationale d'aménagement cinématographique.

Cette dernière lui a donné raison. Dans l'arrêté, la commission motive sa décision : "Il résulte de l'ensemble de ces éléments que ce projet ne répond pas aux exigences combinées de diversité de l'offre cinématographique, d'aménagement culturel équilibré du territoire, de protection de l'environnement et de la qualité de l'urbanisme."

Pascal Barbier, du collectif "Non Val-Tolosa", lui, est "en colère". "D'un point de vue citoyen, et pour Écran 7, je suis content. Mais dans le processus, les citoyens ont été bernés. La procédure a été menée à l'envers. Cette offre de culture a rendu le projet acceptable. En échange, ils ont donné les routes, alors qu'ils savaient que ce projet de cinéma risquait d'être refusé."

Depuis, des travaux d'aménagements ont d'ailleurs été lancés à Val-Tolosa. "Les dégâts sont faits, affirme Pascal Barbier. Et si on commence les travaux du centre commercial, ce sera la même chose".

Quid du centre commercial ? Son avenir sans un complexe cinéma est-il possible ? Le feuilleton de Val-Tolosa qui dure depuis plus d'une décennie pourrait connaître encore des rebondissements.

CHLOÉ DELBES

http://www.ladepeche.fr/article/2017/05/30/2584376-val-tolosa-rejet-implantation-cinema-marque-nouveau-frein-projet.html

29 mai 2017

Communiqué de presse du 29 mai 2017

Méga-Cinéma « Val Tolosa » : projet retoqué par Paris, citoyens bernés !

Le projet de centre commercial « Val Tolosa » lancé depuis près de 15 ans, reçoit toujours une opposition ferme et massive de la population.
Le nouveau président du conseil départemental, Georges Meric, était détenteur de l'une des principales clés au blocage du projet : les routes départementales qui traversent le plateau de la Ménude.
Ayant trouvé le projet « anachronique » (la Dépêche du 1er décembre 2015), ce dernier, toutefois, ne souhaite pas être en première ligne de l’opposition, même passive, contrairement à son prédécesseur. G. Meric en appelle donc au plus haut niveau de l’état pour débloquer la situation.
L’Élysée nomme un médiateur qui, au pas de charge, organise un simulacre de concertation. Cette opération aboutit à un nouveau projet « en meilleure adéquation avec les besoins du territoire » (communiqué du département le 31 mars 2016). La nouveauté essentielle qui convainc le président Méric : la "culture" avec un complexe cinéma de 2300 places (11 salles). Le reste des évolutions proposées n’est que cosmétique.
Le département cède donc les routes et autorise même la commune à engager et à financer, à sa place, les travaux de construction de nouvelles routes.
Nous avions dénoncé l’absurdité à construire un complexe multisalles à deux pas d’un cinéma associatif récemment agrandi et rénové, ayant montré son efficacité et sa pertinence, depuis plus de 35 ans.
Le 7 avril 2017, la commission nationale d'aménagement cinématographique décide de refuser l’autorisation d’exploitation de ce complexe cinématographique, au motif que ce projet nuirait trop gravement à l’équilibre du territoire concerné.
Exit donc le projet de méga cinéma qui avait donné sa justification à l’abandon des routes. Pour autant, les nouvelles routes sont déjà en construction et les territoires naturels et agricoles concernés sont déjà largement dévastés.
Alors que le projet d’Unibail perd, les unes après les autres, toutes les autorisations qu’il avait obtenues avec la complicité des élus locaux et des services de l'Etat, le collectif « Non à Val Tolosa » réaffirme son indignation face à de tels procédés. Rappelons que lors des deux seules consultations publiques, plus de 55% s’était exprimé contre le projet. Rappelons également qu’une grande majorité des responsables politiques régionaux se sont prononcés contre le projet de centre commercial Val Tolosa, quand ils ne se sont pas dérobés par absence de prise de position.
Il est plus que temps de sortir de cette impasse qui empêche la commune de Plaisance de se tourner vers l’avenir et son développement.


Contacts presse : Pascal Barbier

28 mai 2017

Plaisance fait son cinéma - Le contre festival de Cannes

Alors que toutes les caméras du monde sont tournées vers Cannes et son prestigieux festival, à Plaisance du Touch, les caméras de surveillance continuent de tourner sur les champs de la Ménude. Des vues panoramiques filment des moutons, des vigiles et des ouvriers au ralenti, dans de trop longs travellings qui finissent par lasser les spectateurs et à endormir leur vigilance. Alors que les vedettes de la toile foulent le tapis rouge de la croisette, le maire de Plaisance-du-Touch voit s’éloigner son rêve cinématographique pour se réveiller désabusé, la tête dans le « Pathé » ! Le conseil départemental qui n’avait pas hésité à céder ses routes contre de la "culture" en boîte, voit son argument phare sombrer aux oubliettes ! On doit pourtant leur reconnaitre une belle tentative de scénario mais leur qualité de jeu n’a pas été à la hauteur. Leur cachet se chiffre pourtant en millions, parait-il ! Espérons que ce mauvais film ne verra jamais le jour et l’on pourra enfin hurler un définitif

« FIN » !

25 avr. 2017

A Toulouse, l’opposition au centre commercial Val Tolosa ne désarme pas

Près de Toulouse, le projet de centre commercial Val Tolosa est à l’arrêt depuis des décisions de justice défavorables. Pourtant, la route menant au site en projet est en pleine construction. Les opposants imaginent de nouveaux moyens de protestation.

Lisez la suite de l'article sur le site de reporterre: https://reporterre.net/A-Toulouse-l-opposition-au-centre-commercial-Val-Tolosa-ne-desarme-pas

25 fév. 2017

Quand la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL Occitanie) et la préfecture de Haute-Garonne préparent le renouvellement de l'arrêté préfectoral annulé.

Rappel : la préfecture de Haute-Garonne a autorisé le promoteur Unibail-Rodamco, le 29 août 2013, à dérogation pour destruction d'espèces et d'habitats protégés. L'arrêté préfectoral a été annulé, le 8 avril 2016, par le tribunal administratif de Toulouse au motif que l'intérêt public majeur n'a pas été prouvé pour l'implantation du centre commercial Val Tolosa et ne justifie pas la destruction des milieux naturels.

Lire la suite...

24 fév. 2017

Sauvons nos villes et nos terres

Une quinzaine de collectifs et d'associations à travers la France (dont le collectif Non à Val Tolosa) se sont regroupés en fédération autour d'un axe commun : lutter contre les implantations commerciales "inutiles et imposées".

La fédération « Des terres, pas d’hypers ! » dénonce les atteintes sociales, économiques et environnementales que d’immenses centres commerciaux et récréatifs font subir au territoire partout en France. Il appelle tous ceux qui s’opposent à ces projets désastreux à exiger que soit mis un terme à ce développement commercial aberrant.

Nous voulons préserver nos commerces de proximité, la vitalité de nos centre-ville, nos espaces naturels et agricoles péri-urbains, notre climat, nos emplois, et dénoncer l’optimisation fiscale que nombre de ces grands groupes pratiquent.

Des terres, pas d’hyper !  réunit les collectifs des territoires de Gonesse, Orléans, Montpellier, Caen, Cavaillon, Toulouse, Albi, Le Mans, Nice et Plaine du Var, Rambouillet, Alès, Nantes mais aussi des associations nationales comme « En Toute Franchise ».

Avec la fédération Des terres, pas d’hyper !, vous pouvez signer cette pétition pour exiger de nos élus :

Une réforme globale de l’urbanisme commercial en France comportant des mesures de régulation efficaces pour :  

  • Arrêter la prolifération aberrante des grandes surfaces commerciales qui se fait au détriment des centres villes,
  • Promouvoir l’artisanat et le commerce diversifié de proximité sur l'ensemble du territoire,
  • Lutter contre l’augmentation des friches commerciales et exiger leur réhabilitation écologique,
  • Préserver les terres agricoles et naturelles, les paysages et le cadre de vie.

Cette pétition sera remise aux :

  • Ministre de l'Aménagement du Territoire et de la Ruralité
  • Ministre de l'Environnement, de l’Énergie et de la Mer

Pour la signer :  https://www.change.org/p/f%C3%A9d%C3%A9ration-des-terres-pas-d-hypers-sauvons-nos-villes-et-nos-terres

16 fév. 2017

Le groupe Casino sonne la charge contre les centres commerciaux

Le groupe CASINO demande un moratoire sur le développement commercial à la périphérie des villes. Non, vous ne rêvez pas!!! Il est vrai que la prolifération des centres commerciaux tue les centres villes mais ils en arrivent même à se tuer entre eux. Lisez cet excellent article en espérant que le maire de Plaisance, le promoteur Unibail et le préfet aient également le temps de le parcourir et qui sait... de le comprendre.

Chiche, et si l'on prenait le groupe Casino au mot: "Abandonnez Val Tolosa"...

1 fév. 2017

A vos agendas !

theatre_salvetat_-_affiche.jpg
 
Réservez sans attendre la date du 2 mars où Agnès Laffont, libraire à Tournefeuille, adhérente de longue date du Collectif, membre du bureau et néanmoins passionnée de théâtre, nous offrira, avec sa bande de joyeux comédiens, une soirée à la salle Boris Vian de La Salvetat St Gilles.
Petits secrets d'une vie ordinaire est le titre de la pièce, écrite à 14 mains par les membres de la troupe "Pour écrire un mot".

Un curieux week-end dans un gîte où vont s'emboîter peu à peu les pièces d'un puzzle...(en savoir plus)
 
Rendez-vous à 21h. Amenez vos parents, vos enfants, vos amis, vos voisins. La participation est libre. La recette de la soirée sera versée au collectif  pour lui permettre de faire face aux frais de justice engendrés par les multiples procédures que nous imposent le promoteur Unibail et le maire de Plaisance.
Vous passerez une bonne soirée et soutiendrez le Collectif Non à Val Tolosa, deux excellentes raisons pour ne pas manquer ce rendez-vous :
Jeudi 2 mars à 21h à la Salle Boris Vian, rue du Château d'eau à La Salvetat

 

 

 

 

21 janv. 2017

France Nature Environnement a décerné son prix «Pourri'zer» à ...

... UNIBAIL RODAMCO et la préfecture des Hautes-Pyrénées !

En effet, Unibail-Rodamco, promoteur du centre commercial Val Tolosa, a remporté, avec brio, le prix tant attendu. Trophée qu'il va s'empresser de fêter avec le maire de Plaisance du Touch, partenaire indéfectible. FNE et les citoyens ne se sont pas trompés et sanctionnent ce projet sensé "réconcilier nature, loisirs et commerces" (dixit Unibail-Rodamco).

Nous pouvons les féliciter pour tous les efforts réalisés (destruction d'espèces protégées, artificialisation des sols...).

http://www.fne-midipyrenees.fr/prix-pourri-zer-fne-midi-pyrenees-recompens-a_7-actu_473.php

- page 1 de 11

Page top