Aller à la recherche

25 fév. 2017

VAL TOLOSA - Conflit local, enjeux nationaux?

La situation autour du projet d’aménagement Val Tolosa s’assimile aujourd’hui plus à un conflit qu’à une controverse. Un conflit à première vue confrontant partisans et opposants au projet de Centre Commercial. Les premiers, défendant le projet au nom de l’emploi et de la compétitivité de la commune, les seconds s’y opposant au titre de la défense des emplois déjà présents en centre ville et de l’augmentation du trafic qu'engendrerait la sortie de terre du projet. En se penchant plus en profondeur sur le dossier, il apparaît cependant que de nombreux acteurs supplémentaires apparaissent - Conseil départemental, conseil communal, Mairie, bailleur, Mairies des villages alentours -, non connectés les uns aux autres de manière uniforme, et dont les motivations diffèrent. L’absence de discussion entre plusieurs de ces parties a mené à des tensions fortes sur le terrain avec, pour point de clôture, la pose de barbelés à la fin novembre 2016. Ils ont été posés autour des engins présents sur le site dans le but de déboiser la zone, afin de permettre la construction d’une route desservant le plateau de la Ménude.

Lire la suite...

Quand la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL Occitanie) et la préfecture de Haute-Garonne préparent le renouvellement de l'arrêté préfectoral annulé.

Rappel : la préfecture de Haute-Garonne a autorisé le promoteur Unibail-Rodamco, le 29 août 2013, à dérogation pour destruction d'espèces et d'habitats protégés. L'arrêté préfectoral a été annulé, le 8 avril 2016, par le tribunal administratif de Toulouse au motif que l'intérêt public majeur n'a pas été prouvé pour l'implantation du centre commercial Val Tolosa et ne justifie pas la destruction des milieux naturels.

Lire la suite...

24 fév. 2017

Sauvons nos villes et nos terres

Une quinzaine de collectifs et d'associations à travers la France (dont le collectif Non à Val Tolosa) se sont regroupés en fédération autour d'un axe commun : lutter contre les implantations commerciales "inutiles et imposées".

La fédération « Des terres, pas d’hypers ! » dénonce les atteintes sociales, économiques et environnementales que d’immenses centres commerciaux et récréatifs font subir au territoire partout en France. Il appelle tous ceux qui s’opposent à ces projets désastreux à exiger que soit mis un terme à ce développement commercial aberrant.

Nous voulons préserver nos commerces de proximité, la vitalité de nos centre-ville, nos espaces naturels et agricoles péri-urbains, notre climat, nos emplois, et dénoncer l’optimisation fiscale que nombre de ces grands groupes pratiquent.

Des terres, pas d’hyper !  réunit les collectifs des territoires de Gonesse, Orléans, Montpellier, Caen, Cavaillon, Toulouse, Albi, Le Mans, Nice et Plaine du Var, Rambouillet, Alès, Nantes mais aussi des associations nationales comme « En Toute Franchise ».

Avec la fédération Des terres, pas d’hyper !, vous pouvez signer cette pétition pour exiger de nos élus :

Une réforme globale de l’urbanisme commercial en France comportant des mesures de régulation efficaces pour :  

  • Arrêter la prolifération aberrante des grandes surfaces commerciales qui se fait au détriment des centres villes,
  • Promouvoir l’artisanat et le commerce diversifié de proximité sur l'ensemble du territoire,
  • Lutter contre l’augmentation des friches commerciales et exiger leur réhabilitation écologique,
  • Préserver les terres agricoles et naturelles, les paysages et le cadre de vie.

Cette pétition sera remise aux :

  • Ministre de l'Aménagement du Territoire et de la Ruralité
  • Ministre de l'Environnement, de l’Énergie et de la Mer

Pour la signer :  https://www.change.org/p/f%C3%A9d%C3%A9ration-des-terres-pas-d-hypers-sauvons-nos-villes-et-nos-terres

16 fév. 2017

Le groupe Casino sonne la charge contre les centres commerciaux

Le groupe CASINO demande un moratoire sur le développement commercial à la périphérie des villes. Non, vous ne rêvez pas!!! Il est vrai que la prolifération des centres commerciaux tue les centres villes mais ils en arrivent même à se tuer entre eux. Lisez cet excellent article en espérant que le maire de Plaisance, le promoteur Unibail et le préfet aient également le temps de le parcourir et qui sait... de le comprendre.

Chiche, et si l'on prenait le groupe Casino au mot: "Abandonnez Val Tolosa"...

1 fév. 2017

A vos agendas !

theatre_salvetat_-_affiche.jpg
 
Réservez sans attendre la date du 2 mars où Agnès Laffont, libraire à Tournefeuille, adhérente de longue date du Collectif, membre du bureau et néanmoins passionnée de théâtre, nous offrira, avec sa bande de joyeux comédiens, une soirée à la salle Boris Vian de La Salvetat St Gilles.
Petits secrets d'une vie ordinaire est le titre de la pièce, écrite à 14 mains par les membres de la troupe "Pour écrire un mot".

Un curieux week-end dans un gîte où vont s'emboîter peu à peu les pièces d'un puzzle...(en savoir plus)
 
Rendez-vous à 21h. Amenez vos parents, vos enfants, vos amis, vos voisins. La participation est libre. La recette de la soirée sera versée au collectif  pour lui permettre de faire face aux frais de justice engendrés par les multiples procédures que nous imposent le promoteur Unibail et le maire de Plaisance.
Vous passerez une bonne soirée et soutiendrez le Collectif Non à Val Tolosa, deux excellentes raisons pour ne pas manquer ce rendez-vous :
Jeudi 2 mars à 21h à la Salle Boris Vian, rue du Château d'eau à La Salvetat

 

 

 

 

21 janv. 2017

France Nature Environnement a décerné son prix «Pourri'zer» à ...

... UNIBAIL RODAMCO et la préfecture des Hautes-Pyrénées !

En effet, Unibail-Rodamco, promoteur du centre commercial Val Tolosa, a remporté, avec brio, le prix tant attendu. Trophée qu'il va s'empresser de fêter avec le maire de Plaisance du Touch, partenaire indéfectible. FNE et les citoyens ne se sont pas trompés et sanctionnent ce projet sensé "réconcilier nature, loisirs et commerces" (dixit Unibail-Rodamco).

Nous pouvons les féliciter pour tous les efforts réalisés (destruction d'espèces protégées, artificialisation des sols...).

http://www.fne-midipyrenees.fr/prix-pourri-zer-fne-midi-pyrenees-recompens-a_7-actu_473.php

3 janv. 2017

France Nature Environnement va décerner son prix «Pourri'zer»

Unibail, promoteur et destructeur de la Ménude, n'aura pas oeuvré pour rien. FNE (France Nature Environnement) reconnaît ses efforts et lui décerne le prix "Pourrit'zer" pour la deuxième année consécutive. Ce prix dénonce les entreprises, les élus, les préfets... qui dégradent la biodiversité et prennent leurs aises avec la Nature!

Lire la suite...

1 janv. 2017

Rétrospective 2016

En ce début d'année, il est bon de faire une rétrospective de l'année écoulée...

Lire la suite...

30 déc. 2016

« Centres commerciaux : la grande illusion »

Après France 5 en 2015, c'est au tour de publicsenat de rediffuser cet excellent reportage, qui reprend les arguments du collectif : course au gigantisme sans avenir, asphyxie des centres villes, voiture-reine ...

En France, les centres commerciaux s'étalent sur plus de 16 millions de mètres carrés, un record en Europe occidentale. Trois milliards de visiteurs s'y pressent chaque année pour effectuer toutes sortes d'achats. Les promoteurs immobiliers rivalisent d'imagination pour en faire des espaces toujours plus attractifs. Cinquante nouveaux centres sont actuellement en construction. Mais la consommation ne suit pas toujours ce rythme effréné. Ces quinze dernières années, elle n'a augmenté que de 36% alors que le parc des surfaces commerciales a progressé de 60%. Résultat : des friches apparaissent un peu partout en France. Les élus sont inquiets. Un documentaire réalisé par Adrien Pinon et Elisabeth Bonnet. Une production Little big story.

Lire la suite...

29 déc. 2016

NON à Val Tolosa en Conseil d'Etat

Bonjour,

CE MESSAGE EST TRES IMPORTANT POUR L'AVENIR DE NOTRE COLLECTIF, merci de prendre 30 secondes pour le lire.

Comme nous le craignions, le Conseil d'État a accepté la demande d'Unibail de juger l'annulation du permis de construire par le tribunal de Bordeaux.
Cette décision a deux conséquences importantes :

  • Si nous perdons (ou si nous ne donnons pas suite) il n'y aura plus d'obstacle majeur à la construction.
  • Si nous poursuivons, nous devons engager un avocat spécialisé qui nous coûtera très cher. 

C'est dans cette perspective que nous avions lancé, il y a un mois, une campagne de souscription. Elle avance, nous avons collecté à ce jour  le tiers des sommes nécessaires aux actions en justice. Une grande partie du parcours reste donc à faire.

 Je vous relance donc pour participer et surtout relayer ce message autour de vous.

http://soutien.gardaremlamenude.com

Je vous rappelle que si vous faites un don avant le 31 décembre, vous aurez la possibilité de déduire de vos impôts deux tiers de la somme.
En clair, si vous êtes imposable, pour 300 euros donnés à l'association, 200 vous seront restitués par le fisc.

Merci de votre aide et passez de très bonnes fêtes.

Pascal BARBIER
co-président du collectif

- page 2 de 25 -

Page top